150653-521181374571678-419771028-n55CBF906-5A28-1D6C-3E18-60A23341BAF7.jpg
phoenix9F2839A3-22E6-A544-BB65-21D31C25121D.jpg
ocen117F4173-C5D2-8BD7-D4F2-270758FE588C.jpg
p29497370d5011946g-px-640511F9FB7-2AAD-6AE5-2201-D56C14812F66.jpeg

Actualité

lundi, 17 mai 2021 15:57

Comment ça marche ? On ne peut pas faire plus simple Vous envoyez votre menu Un menu au format PDF ou au format Word ( 500 mots maximum) et votre logo. Je crée le menu et le met...

dimanche, 09 mai 2021 09:26

Profitez de l'aide exceptionnelle de 500€ de l'Etat !   Vous êtes commerçant ou artisan, et votre entreprise compte moins de 11 salariés ?  Alors vous êtes éligible à...

jeudi, 06 mai 2021 16:56

D’après l’étude 2019 de l’association CHR européenne Hotrec, seuls 70 % des restaurants français ont un site web. Or, Internet est devenu incontournable pour faire connaître son...

calendrier1

La première étape pour élaborer une stratégie de médias sociaux active et engageante consiste à planifier ce que vous allez publier et quand vous allez le publier avec un calendrier éditorial social media brillant et organisé.

Vous pouvez le configurer numériquement ou sur papier. Toutefois, il est important de prendre note de ce que vous vous apprêtez à publier sur Facebook, Instagram et Twitter afin de respecter le calendrier, maintenir l’engagement de vos fans et tenir votre public informé. Une fois que vous avez préparé un plan, vous pouvez commencer à publier du contenu créatif et convaincant qui permettra à vos followers d’interagir avec vos messages afin de maintenir votre entreprise dans le peloton de tête.

4 étapes pour créer un calendrier social media

Voici les conseils qui permettront à votre petite entreprise d’organiser votre contenu avec un calendrier de médias sociaux :

  1. Fixer les objectifs
  2. Considérer l’année à venir
  3. Préparer un planning pour le mois
  4. Partager du contenu captivant sur les réseaux sociaux

1. Fixer les objectifs

La première étape de la création d’un calendrier social media consiste à définir certains objectifs que vous souhaitez atteindre pour votre entreprise sur les réseaux sociaux.

Pensez à la façon dont vous souhaitez que vos médias sociaux aient un impact sur votre entreprise :

  • Cherchez-vous à gagner plus de followers ? Plus de likes ?
  • Souhaitez-vous découvrir de nouveaux clients dans votre région ?
  • Souhaitez-vous atteindre des personnes à l’extérieur de votre quartier ?
  • Essayez-vous de faire connaître les événements qui se produisent dans votre entreprise ?

Quels que soient vos objectifs, conservez une liste de ce que vous essayez d’atteindre afin de pouvoir continuer à utiliser ces objectifs pour alimenter votre contenu et mesurer le succès. Une fois que vous savez ce que vous essayez d’accomplir, vous pouvez prendre la décision et choisir ce que vous allez partager avec vos fans, followers et clients potentiels sur les réseaux sociaux.

2. Considérer l’année à venir

Avant de créer des articles spécifiques pour vos médias sociaux, pensez à l’année qui vient dans son ensemble. Prenez le temps de marquer le début de chaque saison et notez :

  • Les principales dates de fêtes et jours fériés.
  • Les jours où votre entreprise organisera des événements ou lancera des promotions.
  • Les jours de fermeture de votre entreprise (vous devrez informer vos followers de ces jours sur les réseaux sociaux).
  • Les événements importants dans votre quartier ou dans votre communauté qui pourraient intéresser vos clients (par exemple, un festival de la bière, un marché estival, une performance musicale en direct, etc.).

Conseil pro : Vous pouvez facilement créer un calendrier digital avec un modèle Google Sheets, ou vous pouvez simplement imprimer un calendrier pour chaque mois de l’année à venir et planifier les événements en les notant avec les dates clés.

Maintenant que vous avez réfléchi à ce qui va se dérouler pendant l’année à venir, vous pouvez décomposer votre calendrier social media mois par mois.

3. Préparer un planning pour le mois

calendrier2

Essayez de trouver un thème au début de chaque mois et respectez-le. Vous pouvez utiliser des vacances non officielles pour vous aider à trouver un excellent contenu pour raconter votre histoire.

Par exemple, si le mois de mai est le mois officiel du barbecue et si vous dirigez un restaurant, essayez de publier chaque semaine des conseils pour faire des grillades, ajouter un sandwich barbecue dans le menu et poster une photo de celui-ci sur Instagram, organiser un événement barbecue et prendre des photos pour les média sociaux, etc.

Vous pouvez vous appuyer sur les hashtags et partager des célébrations avec vos fans.

 Bien sûr, cela ne fonctionnera pas tous les mois. Néanmoins, vous pouvez faire preuve de créativité et faire en sorte que certains mois soient centrés sur un thème de votre choix. Par exemple, si vous gérez un bar, vous pouvez faire du mois de juin le « mois du barman ».
Publiez une photo ou une vidéo chaque semaine sur Facebook, Instagram et Twitter de l’un de vos barmen, y compris son nom et son cocktail personnalisé. Vous pouvez apporter de la variété en postant la vidéo d’un barman préparant un cocktail ou une image avec la recette du cocktail.

La chose importante à considérer lors de la publication est de réfléchir à ce qui engagerait votre public et à ce qui le fera revenir sur vos pages et dans votre établissement.

En maintenant votre contenu actualisé, varié et centré sur un thème mensuel, vous préserverez l’engagement de vos clients et ils seront ravis de voir ce que vous avez prévu pour la suite.

Il est également important de profiter du début de chaque mois pour commencer à planifier votre contenu pour les prochaines semaines. Vos clients veulent de la nouveauté à chaque nouvelle saison. Faites de même avec votre stratégie de publication de contenu sur les réseaux sociaux. Prenez de nouvelles photos de votre établissement et de vos produits, rafraîchissez vos profils, ajoutez d’excellents liens et conseils à partager et incitez vos clients à vous suivre pendant la prochaine saison avec votre établissement.

4. Partager du contenu captivant sur les réseaux sociaux

Une fois que votre stratégie éditoriale est en place pour le mois, vous pouvez commencer à créer vos publications !

Chaque post que vous publiez sur les pages de médias sociaux de votre entreprise doit apporter une valeur ajoutée à votre public.

Pensez à ce que vous essayez d’accomplir :

  • Essayez-vous d’informer, de divertir ou d’être pédagogique vis-à-vis de votre public ?
  • Le contenu est-il partageable ?
  • Après avoir vu le post dans votre flux, seriez-vous ravi de le partager avec vos followers sur cette plate-forme ?

En plus des mises à jour opérationnelles – telles que les événements, les offres spéciales, les promotions, les changements d’horaires et les fermetures – prévoyez de publier deux ou trois posts supplémentaires par semaine sur Facebook, Instagram et Twitter. Vous devez garder à l’esprit que votre public est différent selon la plateforme de média social et que toutes ne doivent pas avoir exactement le même message. Un excellent contenu ne doit pas toujours être publié sur toutes les plateformes en même temps.

 calendrier3

Si vous pensez qu’une photo aurait fière allure sur les trois plateformes, assurez-vous de varier vos sous-titres et de les maintenir courts et légers. Souvent, vous aurez des fans qui vous suivront sur différents réseaux sociaux. Vous n’avez pas envie qu’ils voient exactement le même message partout.

Voici la longueur idéale des sous-titres pour Facebook, Twitter et Instagram, selon Sprout Social :

  • Mise à jour Facebook : 40 à 80 caractères
  • Tweet : 71 à 100 caractères
  • Post Instagram : 138 à 150 caractères

Vous cherchez des idées pour votre calendrier éditorial social media ? Cette liste des types de contenu que vous pouvez publier pour engager vos fans et nouveaux clients potentiels devrait vous aider :

Publiez des photos de votre équipe et de votre produit

  • Publiez les éléments du menu que vos clients adorent, les produits que vous avez en magasin, les photos prises à l’intérieur et l’extérieur de votre établissement, les services que vous offrez à votre communauté et montrez votre équipe incroyable à votre public.
  • Si vous prenez des photos avec un smartphone, tenez compte de l’éclairage et du cadrage. Prenez des photos d’en haut, incluez des éléments humains comme les visages et les mains, et utilisez la lumière naturelle plutôt que le flash, en particulier avec des photos de nourriture.

Publiez du contenu pédagogique

  • Partagez des photos avec des légendes pédagogiques qui aident votre public à en savoir plus sur votre entreprise, votre activité ou votre communauté.
  • Essayez de publier des tutoriels vidéo que vous réalisez en interne ou à partir d’autres sources.
  • Partagez des trucs et astuces, des recettes et des conseils.
  • Recherchez et partagez des articles de presse pertinents pour votre région et votre activité.

Posez des questions à votre public

  • Demandez des commentaires.
  • Faites des sondages.
  • Jouez avec des anecdotes.

Partagez du contenu généré par l’utilisateur

Gardez un œil sur vos tags et vos mentions pour le contenu potentiel que vous pouvez partager. N’oubliez pas de demander la permission, de taguer cet utilisateur et de dire merci !

Célébrez des fêtes non officielles

De la Journée nationale du beignet à la Journée de l’amitié, si vous n’avez pas d’idées pour la semaine, essayez de capitaliser sur une tendance.

Organisez un concours et encouragez les utilisateurs à inviter leurs amis

Si vous cherchez à attirer de nouveaux followers, essayez d’organiser un concours pour inciter vos followers actuels à inviter un ami pour gagner un prix, un bonus spécial ou une remise.

Partagez vos avis et témoignages de clients préférés

Faites savoir à vos fans et followers qu’ils peuvent partager des commentaires sur des sites dédiés tels que Yelp, Google et TripAdvisor en partageant les excellents avis que votre entreprise reçoit de clients satisfaits. C’est une façon intéressante de partager les recommandations de vos clients et de recueillir plus de commentaires de votre communauté.

Utilisez ces idées et partagez-les. Publiez des clichés pris dans le feu de l’action, des photos professionnelles et du contenu vidéo sur Facebook, Instagram et Twitter. La variété est importante afin de préserver l’enthousiasme de vos followers par tout ce qui se passe dans votre entreprise.

Outre la variété et la fréquence, l’élément clé à retenir est que les médias sociaux sont censés être divertissants !

Si votre contenu raconte l’histoire de votre entreprise et met en valeur tout ce qui vous rend unique, alors vos fans l’adoreront et adoreront le partager. Ainsi, le bouche à oreille fonctionnera pour de nouveaux clients potentiels.

Comment ça marche ?

On ne peut pas faire plus simple

QR pdf

Vous envoyez votre menu

Un menu au format PDF ou au format Word ( 500 mots maximum) et votre logo.

QR coding

Je crée le menu et le met en ligne

Je code et mets en page le menu pour qu’il soit 100% optimisé pour les mobiles et crée une page unique sur ce site pour votre établissement.

QR code

Vous avez le QR code

Je vous envoie le QR code au format PDF que vous pouvez afficher dans votre restaurant. Il suffit aux clients de le scanner pour afficher le menu.

 

 

Le tarif

Un prix simple et net : 300 €

Le prix couvre la création et l’hébergement de la page pendant un an.

 

 

 

 

Exemple

 

QR logo

 

Menu du Parvis

29,50€

  • Gâteau tiède de champignons et châtaignes, velouté de potimarron ou
  • Pressée de sanglier en venaison, sorbet betterave-framboise
  • Parmentière de confit de canard, crème de foie gras

ou

  • Cabillaud à l’huile de persil, écrasé de pommes de terre et jus d’oignons doux
  • Crémeux de fromage blanc compotée de fruits rouges, glace au lait d’amande ou
  • Rencontre entre la pomme et le caramel, coulis de cidre

Menu du Marché

Servi uniquement le midi
du mardi au vendredi (sauf jours fériés) Entrée, plat ou plat, dessert : 19€ Entrée, plat, dessert : 21€
(sur présentoir)

Menu Confiance

65€ / personne

Menu à 6 plats pour l’ensemble des convives de la table

Laissez-vous guider dans un parcours gastronomique décidé à la minute avec les meilleurs produits du moment.

Informations

Les plats sont « faits maison » et élaborés sur place à partir de produits bruts. Pour toute commande d’un plat en direct à la carte (sans entrée), l’attente est d’environ 20 mn Tous nos tarifs s’entendent taxes et service compris Certains de nos plats peuvent contenir des allergènes (liste à votre disposition sur demande) Tous nos plats sont « faits maison » dans le respect le plus stricte des règles d’hygiène.

 

Les Entrées

La Carte

  • Gâteau tiède de champignons et châtaignes, velouté de potimarron 11€
  • Pressée de sanglier en venaison, sorbet betterave-framboise 12€
  • Foie gras de canard, confiture de figues du jardin, brioche feuilletée à la châtaigne 16€
  • Petits gris à la Charentaise revisités, crème d’ail et émulsion de persil 14€
  • Noix de Saint-Jacques dorées, coulis de cresson, gnocchis au parmesan 17€
  • Velouté de potimarron aux champignons (Vegan et sans gluten) 11€

Les Viandes et Poissons

  • Parmentière de confit de canard, crème de foie gras 18€
  • Notre lièvre à la Royale, macaronis liés à la crème de trompettes 26€
  • Tronçon de lotte, purée d’olives, risotto aux encornets et piquillos 24€
  • Cabillaud à l’huile de persil, écrasé de pommes de terre et jus d’oignons doux 19€
  • Nouilles de riz aux légumes d’hiver et champignons (Vegan et sans gluten) 16€

Les Desserts

(à commander en début de repas) 8€

  • Lingot de chocolat lacté, croustillant amandes-maïs, popcorn caramélisés
  • Biscuit moelleux tiède au citron jaune, granité au Limoncello.
  • Rencontre entre la pomme et le caramel, coulis de cidre.
  • Assiette des trois fromages affinés, confit de cerise.
  • Pomme confite, sorbet Granny Smith (Vegan et sans gluten).

Certains plats sont disponibles à emporter en profitant de -10% de réduction sur les prix affichés.

 

Les référenceurs doivent mettre les bouchées doubles pour coller aux Web Vitals, les nouveaux signaux de Google qui entrent en jeu... le 1er mai.
CWV

Dans l'algorithme de Google, les critères de positionnement sont nombreux, pondérés par des variables, et difficilement identifiables. L'intégration officielle de trois nouveaux critères à partir du 1er mai 2021 constitue pour les référenceurs un événement rare et important. Qui plus est lorsqu'il s'agit de signaux techniques et quantifiables : les Core Web Vitals. Leur mission : pousser les propriétaires de sites à prendre en compte l'expérience utilisateur, notamment ceux qui n'ont pas une bonne connexion Internet, sous peine de perdre des places dans les SERP. Pas de panique cependant, avec l'aide d'un développeur, quelques actions peuvent aider un site à s'y préparer.

"Google a annoncé l'ajout d'une nouvelle brique (les Core Web Vitals) dans un algorithme de ranking datant de juillet 2018, relate Matthieu Lenézé, consultant SEO chez Resoneo. Cet algorithme s'appliquait seulement aux sites les plus lents. Chez Resoneo, nous pensons que cette nouvelle brique s'appliquera à tous les sites". Toutefois, la révolution sera dans un premier temps invisible selon Virginie Clève, experte en stratégie digitale et fondatrice de Largow. "Comme pour le passage du crawl de Google au mobile first, il n'y aura pas d'Armageddon le 1er mai puisque le changement va s'étendre sur un ou deux ans, mais l'impact sera majeur." Et de préciser : "Google va sans doute prioriser les secteurs où la webperf est la plus importante, comme le local ou la cartographie. De plus, l'impact sera sectoriel, c'est-à-dire plus prononcé pour les secteurs qui sont déjà bien avancés." Première étape, donc, un benchmark pour se fixer des objectifs en adéquation avec son environnement.

"Les moins bons en webperf risquent d'être très fortement impactés dès que le secteur sera concerné."
En ce qui concerne les sites médias, l'experte se montre prudente : "Il n'est pas certain que Google commence par eux, car ses relations avec la presse sont déjà tendues. En revanche, les sites médias travaillent la webperf depuis longtemps, et sont déjà bons. La preuve, ils sont de plus en plus nombreux à s'inviter en tête des classements webperf. Les moins bons risquent donc d'être très fortement impactés dès que le secteur sera concerné." Interrogés par le JDN, certains médias avouent avoir conscience que l'échéance approche, mais ne pas avoir commencé à optimiser leurs scores sur les trois signaux. D'autres, comme Ouest France, en ont fait leur priorité depuis le début de l'année 2021 et y travaillent concrètement depuis fin février. Le titre a aligné ses objectifs sur les seuils de Google, en espérant arriver un peu en dessous. Il voit plus loin est vise aussi une inflexion du côté des métriques du Chrome UX Report qui sont une moyenne des 28 derniers jours glissants.

LCP (Largest Contentful Paint): le temps de chargement du contenu principal de la page
La webperf n'est pas une préoccupation nouvelle, mais "avant on prenait des indicateurs un peu au hasard, sans pouvoir prouver pourquoi tel ou tel indicateur était important. Là, on sait enfin quels indicateurs regarder et donc comment travailler dessus : Google a mis tous les outils à disposition gratuitement dans la Search Console et le Page Speed Insight", se réjouit Matthieu Lenézé.

Un chantier webperf peut être vertigineux, car "beaucoup de choses sont faites de manière globale", souligne Virginie Clève. "Et là, il va falloir repasser sur tous les templates qui ne passent pas les tests, et donc échelonner le projet pour ne pas s'y perdre, ajoute-t-elle. Heureusement, maintenant que Google a donné une date buttoir, ce vieux problème va enfin avoir un ticket pour la première place auprès des équipes techniques".

"Le tri et l'optimisation des images est une très bonne porte d'entrée dans l'optimisation de la webperf."
La première action simple, rapide et efficace, c'est le tri et l'optimisation des images. Une très bonne porte d'entrée dans l'optimisation de la webperf : "Les images concernent toutes les pages d'un site, donc avec un outil qui les trie et les allège, le gain est vraiment sensible. Pareil pour les extraits de Javascript ou tout autre élément commun à toutes les pages", conseille l'experte SEO.

CLS (Cumulative Layout Shift) : la stabilité de la page
Le CLS, pour Cumulative Layout Shift, est, de l'avis de Virginie Clève, "le signal qui pêche le plus souvent". Cet indice de 0 à 1 reflète le taux de contenus visibles qui changent de dimensions lors de la navigation, comme des images et des publicités sans dimensions spécifiées, qui peuvent avoir une influence négative. Tout comme l'injection de contenu dynamique ou certaines polices de caractères. Alors "si les dimensions n'ont pas été mentionnées dans les scripts de chaque template, c'est un vrai problème à prendre à bras le corps". D'expérience, elle considère cette situation comme fréquente. Notamment pour les sites médias. Ouest France confirme d'ailleurs avoir placé ce signal en haut des priorités : "On a priorisé en fonction de ce que Google a fixé comme règles de pondération entre les trois indicateurs, donc plus le CLS qui était de toute façon aussi le plus dégradé pour nous", commente François Mouton, responsable technique SEO chez Ouest France. Le plus souvent, le problème vient des "tags de publicité en JavaScript, qui se chargent à la fin, au milieu des blocs de HTML, mais comme on ne connaît jamais leur taille à l'avance, le contenu bouge quand le side bar apparaît," analyse Virginie Clève. La solution imparfaite mais peu coûteuse préconisée par Matthieu Lenézé : "prévoir un espace vide calculé à l'avance au plus proche de la version finale sur la page."

"Pour Google, 75% des utilisateurs d'un doivent avoir une excellente expérience."
Matthieu Lenézé, pointe également l'AB testing comme coupable en ce qui concerne la stabilité de la page. "Ce sont les derniers éléments qui se chargent sur la page : des éléments apparaissent, disparaissent, changent de taille, c'est forcément désagréable ! Des solutions payantes existent pour encadrer et discipliner l'AB testing." Aux sites qui n'ont pas le budget pour s'offrir ce service, l'expert SEO conseille de limiter les tests à de tous petits échantillons d'utilisateurs, sur des périodes plus courtes. "Google base ses résultats sur une proportion de la population du site : 75% des utilisateurs doivent avoir une excellente expérience. Donc plus un site offre une bonne expérience de navigation, plus il peut se permettre de dégrader l'expérience d'une portion importante de ses utilisateurs avec de l'ABtesting."

Le consultant de chez Resoneo prévient également les référenceurs : "Les popups qui bloquent les pages vont devenir des indicateurs pris en compte par Google en tant que critères de ranking négatif, donc il va vite falloir améliorer aussi cette partie de l'expérience utilisateur."

FID (First Input Delay) : l'interactivité de la page
Le temps de réponse du navigateur au premier clic de l'internaute, plus brièvement nommé FID (First Input Delay) est notamment influencé par la présence de scripts externes, c'est-à-dire des éléments extérieurs à la page qui viennent s'ajouter au moment du téléchargement. "A part faire du tri, il n'y a pas grand-chose à faire puisque les référenceurs n'ont généralement pas la main dessus", déplore Matthieu Lenézé. Il se montre toutefois optimiste : "Les auteurs de ces scripts, les équipes de développeurs qui ajoutaient du JS pas du tout optimisé et les équipes marketing qui réclamaient l'ajout d'éléments, vont enfin avoir des indicateurs leur prouvant que ces éléments dégradent l'expérience utilisateur, et donc le ranking. Ils vont être obligés de s'améliorer". Il ne s'agit pas de faire disparaître le Javascript des sites internet mais d'en généraliser l'optimisation. Un travail pédagogique attend les référenceurs, qui disposent désormais de nouvelles cartes dans leur jeu.

AMP
Auparavant, pour envoyer des pages dans Google News, un site devait forcément recourir à l'AMP. "Là, Google a lâché un indice troublant : tous les sites vont pouvoir conquérir cet espace s'ils sont assez rapides", explique Matthieu Lenézé, qui s'interroge : "Est-ce que des sites moins performants que l'AMP, qui est excellent, vont commencer à apparaître dans les fils Google News ?". La technologie AMP est contraignante. Elle aurait alors moins le vent en poupe, à condition que les taux de conversion et la quantité d'affichages obtenus restent stable. L'expert en SEO technique prévoit de réaliser des AB tests dans les mois à venir pour suivre ce point. Réaliste, il rappelle toutefois qu'il faudrait tout de même être vraiment très bon pour dépasser les performances de l'AMP.

Ce que peut faire le référenceur
Google a introduit dans la liste de ses critères de positionnement des signaux extrêmement techniques. Rares sont les référenceurs qui ont le bagage technique pour porter un tel projet, et il est suffisamment transverse pour mobiliser des services, administratifs, techniques et marketing, qui n'ont pas toujours l'habitude de travailler ensemble. Chez Ouest France, un développeur frontend mène le projet avec l'aide de son équipe en proposant des audits et des actions à engager organisées selon un ratio effort/priorité, mais c'est un SEO qui opère la veille, le suivi et assure la mobilisation des équipes. La direction y a pris part pour mettre tout le monde en route et la régie a dû s'adapter à de nouvelles contraintes.

"Il faut avoir terminé le chantier d'ici douze mois, avec une progression mois par mois pour rester dans la course par rapport aux concurrents."
Cette fois-ci, le référenceur joue donc un rôle de chef d'orchestre. Avec une bonne compréhension du sujet, il peut aider à définir les objectifs et opérer leur suivi. Pour la première mission, Virginie Clève suggère un point de repère : "Pour un site avancé, l'objectif est d'arriver à 100% des pages du site dans le vert dans la Search Console, mais dans un premier temps, 90%, c'est bien ! Il faut avoir terminé le chantier d'ici douze mois, avec une progression mois par mois pour rester dans la course par rapport aux concurrents." Le chantier concerne essentiellement le mobile, puisque comme l'a expliqué John Mueller, Web Trend Analyst chez Google, les signaux Core Web Vitals ne s'adressent qu'au mobile pour l'instant. Or, selon Virginie Clève, ce n'est pas souvent celle des deux versions du site qui a les meilleurs résultats.

Pour suivre les progrès du site, Virginie Clève a installé une extension sur Chrome qui met une note Core Web Vitals pour chaque page consultée : "Un carré de couleur s'affiche dans votre navigateur selon la note CWV". La version payante de Screaming Frog permet de se connecter à l'API Page Speed Insight afin d'obtenir une note page par page agrégée dans un fichier Excel. "Très utile pour indiquer aux développeurs les plus mauvais templates à traiter en priorité." Chez Ouest France, des outils maison de suivi des indicateurs branchés sur la data de Chrome UX Report et des outils d'audit et d'analyse tels que Dareboost, Lighthouse, Pagespeed Insight ou encore la console de Chrome, qui présente la performance et les CWV, ont pris leurs quartiers dans la boîte à outils.

Profitez de l'aide exceptionnelle de 500€ de l'Etat !

 

Vous êtes commerçant ou artisan, et votre entreprise compte moins de 11 salariés ? 

Alors vous êtes éligible à l'aide à la digitalisation proposée par l'Etat ! 

L'état a mis en place un chèque numérique de 500€ afin d'accompagner la transition digitale des commerçants et de développer leur visibilité sur internet.

C'est autant de raison de créer et d'optimiser votre commerce en ligne.

Jusqu'au 31 mai, nous vous aidons à déterminer votre éligibilité à cette aide.

Nous Contacter

 cheque

RGPD

 

Vous avez sans doute déjà entendu parler du RGPD, le règlement européen qui garantit la protection des données des personnes physiques. Si vous disposez d'un site Internet, vous devez permettre à vos visiteurs de contrôler la façon dont leurs données personnelles sont utilisées.

De quoi s’agit-il exactement, à qui s’adresse-t-il et quelles mesures devez-vous prendre, en tant que détenteur d’un site Internet, pour y être conforme ? Suivez notre guide pour tout savoir et être sûr que vous cochez toutes les cases.

Qu’est-ce que le RGPD ?

Le règlement général sur la protection des données (RGPD) - en anglais « General Data Protection Regulation » ou GDPR - est entré en vigueur depuis le 25 mai 2018. Il s’agit d’un texte de référence européen en matière de protection des données personnelles des résidents de l'Union européenne (UE). Il vise à protéger le droit fondamental à la vie privée et à la protection des données personnelles.

Selon la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), les données personnelles concernent « toutes les informations se rapportant à une personne physique identifiée ou identifiable » comme le nom, le prénom, le numéro de téléphone, l’identifiant en ligne, etc.

À qui s’adresse le RGPD ?

Le présent règlement s'applique à toute organisation qui traite les données à caractère personnel des citoyens de l’UE. Que vous ou votre entreprise soyez basés ou non dans l'UE, vous êtes concernés si vous avez des visiteurs situés au sein de l'UE, ou si vos campagnes marketing leur sont destinées.

En tant que propriétaire de site, vous êtes responsable de la protection des données de vos utilisateurs, et vous devez ainsi le rendre conforme au règlement en question.

Les étapes pour rendre votre site conforme au RGPD :

1) Créer une politique de confidentialité

La transparence et la communication avec les visiteurs de votre site web est le principe fondamental du RGPD. Vous devez informer vos visiteurs de manière claire et transparente sur la manière dont vous collectez, stockez et utilisez leurs données.

Il existe plusieurs aspects de la législation sur la protection des données et de la vie privée que tous les propriétaires de sites web doivent connaître lorsqu'ils traitent des données personnelles. Voici quelques questions à prendre en compte lors de la mise en place d'une politique de confidentialité sur votre site web :

  • Quels types d'informations recueillez-vous ? L'adresse e-mail, le nom, les informations de paiement, etc. Les informations collectées peuvent être fournies par les visiteurs et les utilisateurs de votre site web ou collectées automatiquement lors de leur visite sur le site.

  • Comment les recueillez-vous ? Il s’agit des moyens de collecte des données personnelles des visiteurs de votre site web : lorsque votre client vous envoie un message via un formulaire de contact, lorsqu'il achète un article dans votre boutique, lorsqu'il s'abonne à votre newsletter, etc.

  • Pourquoi les recueillez-vous ? Vous pouvez collecter des adresses e-mails pour vos campagnes marketing ou leurs adresses postales pour des livraisons. Expliquez dans quel but les informations sont collectées.

  • À qui communiquez-vous les données ? Vous devez informer les visiteurs de votre site web si, quand et comment ces informations seront partagées avec des tierces parties.

  • Où les stockez-vous ? Votre politique de confidentialité doit indiquer comment et où vous stockez les données personnelles des visiteurs de votre site web (le plus souvent dans des data centers qui peuvent être situés dans différentes juridictions).

  • Combien de temps conservez-vous ces données ? Indiquez pendant combien de temps vous conserverez les données personnelles recueillies auprès des visiteurs de votre site web. Si vous n’avez pas de durée prédéfinie, vous pouvez utiliser une formule comme « aussi longtemps que nécessaire ».

  • Comment protégez-vous les données de vos utilisateurs ? Comment protégez-vous les informations personnelles que vous recueillez auprès des visiteurs de votre site web ? Cela est particulièrement important si vous acceptez les paiements en ligne.

  • Si et comment traitez-vous la question des mineurs ? Les données personnelles des mineurs font l’objet d’une protection renforcée. Vous pouvez décider de restreindre l’accès à votre site aux utilisateurs n'ayant pas atteint l'âge légal de la majorité. Sachez qu’en France, l’âge retenu est de 15 ans. En dessous, la loi « Informatique et Libertés » impose le recueil du consentement conjoint de l’enfant et du titulaire de l’autorité parentale.

  • Comment communiquez-vous avec les visiteurs de votre site web ? Nous vous recommandons d'informer vos utilisateurs que vous pouvez modifier ou mettre à jour la politique de confidentialité de votre site web. N’oubliez pas de mettre en place un moyen de communication valide (adresse e-mail, numéro de téléphone, formulaire de contact…) afin que vos clients et les visiteurs de votre site web puissent vous contacter si nécessaire.

2) Obtenir le consentement pour vos campagnes d'e-mail marketing

En tant que propriétaire du site, il en va de votre responsabilité de vous assurer que les visiteurs de votre site sont conscients qu'ils ont donné leur accord pour recevoir vos campagnes marketing. En effet, l'envoi d’e-mails marketing nécessite le consentement des visiteurs de votre site web. Que vous utilisez l'e-mail marketing de Wix, MailChimp ou d'autres outils d'e-mail marketing, cela vous concerne. Ce consentement peut être obtenu de différentes manières sur votre site : par exemple, vous pouvez ajouter une clause de non-responsabilité à côté du bouton "S'abonner", qui informe vos visiteurs qu'ils s'abonnent à vos campagnes marketing en cliquant sur le bouton. C'est ce qu'on appelle le "consentement implicite".

Bien que le consentement ne soit pas requis en vertu du RGPD pour l'envoi de campagnes e-mail marketing à vos clients existants, vous pouvez obtenir le "consentement explicite" des visiteurs de votre site web avant de leur envoyer du contenu marketing. Dans de nombreux cas, vous pouvez obtenir leur consentement en ajoutant une case à cocher à côté du bouton d'abonnement, de sorte que les visiteurs de votre site doivent cliquer activement sur la case pour confirmer leur consentement avant de s'abonner.

3) Vous assurer que vos applis externes sont conformes au RGPD

En vertu du RGPD, vous êtes responsable de toutes les applis et de tous les services tiers paramétrés sur votre site web. Ces services peuvent inclure des outils d'analyse de données comme Google Analytics, Facebook Pixel, etc.

Lorsque vous vérifiez la conformité de votre site web au RGPD, assurez-vous que ces applis et services sont également conformes au RGPD. Si vous n'êtes pas sûr, contactez les directement pour leur faire part de vos questions ou préoccupations et confirmer leur conformité au RGPD.

Créer une bannière de cookies pour obtenir le consentement de vos visiteurs

En général, les cookies initialement placés sur votre site web Wix peuvent être classés comme cookies essentiels et ne nécessitent pas l’accord de vos visiteurs : Ils servent le plus souvent à des fins de sécurité et de lutte contre la fraude.

Notre plateforme vous permet d'ajouter d'autres types de cookies, des cookies non essentiels, qui nécessitent un consentement en vertu de la directive européenne e-privacy conçue également pour favoriser la protection des données personnelles. Vous devez donc ajouter une bannière de consentement aux cookies pour permettre aux visiteurs d’accepter ou de refuser le placement de cookies non essentiels sur leur appareil.

Depuis le 31 mars 2021, la CNIL exige que les visiteurs puissent refuser les cookies non essentiels aussi facilement qu’ils y consentent. Si votre site est basé en France, ou destiné à des visiteurs français, nous vous recommandons d'ajouter un bouton « Tout refuser » à votre bannière de cookies.

Chez Wix.com, nous nous engageons pour la protection des données depuis plus de 10 ans. C'est pourquoi nous saluons la mise en place du RGPD et l’appliquons du mieux possible. Il s’agit d’une base indispensable pour établir une relation de confiance avec les visiteurs de votre site et nous vous conseillons de vous tenir au courant régulièrement des nouvelles mesures prises par la CNIL.